Articles

Market Response to Earnings Announcements and Interim Reports: An Analysis of SBF120 Companies

M. ROCKINGER, A. Benos

Annales d'Economie et de Statistique

octobre-décembre 2000, n°60, pp.151-175

Départements : Finance


Nous suivons les 120 plus grosses capitalisations de la Bourse de Paris depuis 1995 afin d'examiner les liens entre les caractéristiques boursières de leurs actions et l'effet de surprise créé par les annonces de leurs chiffres annuels ét semestriels. Nous présentons brièvement l'organisation du marché et la réglementation financière en France avant d'étudier des données intraday. Nos résultats montrent que les analystes sont ouvertement optimistes sur l'avenir des compagnies et qu'ils suivent plus les grosses capitalisations que les petites. En plus, l'évolution des portefeuilles assortis par leur mesure de "surprise" pendant la période autour de l'annonce montre que, dans certains cas, il existe un mouvement du prix avant l'annonce publique. Celui-ci devient plus clair pour les cas d'une annonce de pertes. Les mauvaises nouvelles agitent le marché bien plus que les bonnes. De surcroît, nous trouvons que le marché utilise une hiérarchie de critères avant de donner un avis positif sur un titre: la présence seule des bénéfices ne suffit pas, ni même une croissance des bénéfices par action. Ce n'est que dans le cas où les anticipations des analystes sont satisfaites que le marché réagit positivement. Enfin, alors que les prix s'adaptent très rapidement, l'ajustement du volume et, en particulier, du nombre de transactions est plus lent. Ceci peut indiquer une participation plus active des investisseurs institutionnels autour de l'annonce


JavaScriptSettings