Ouvrages

Apprendre et oser

Apprendre et oser

Au XXIème siècle, le business fait l'histoire

B. RAMANANTSOA, T. R. BROWNING

Albin Michel, France

2015



La France traverse une crise sans précédent et chaque jour les critiques contre les patrons, la mondialisation et l’affairisme font reculer une ambition simple : permettre à notre pays de rester une grande puissance et de garantir à ses habitants un haut niveau de vie. Pire, en handicapant, par une succession de politiques de gribouille, le long terme comme l’esprit d’initiative, nous voici marginalisés. Or, comme le martèle Bernard Ramanantsoa : « Au XXIe siècle, le business fait l’histoire. » Il faut donc défendre ceux qui chaque jour agissent pour maintenir la France au cœur du monde des affaires et des affaires du monde.Depuis vingt ans à la tête d’HEC, Bernard Ramanantsoa se bat pour les entreprises et les entrepreneurs. Car HEC n’est pas une simple business school. C’est un laboratoire où se préparent les dirigeants de demain et où des chercheurs d’excellence s’appliquent à améliorer les performances économiques. Une école de vie

Les 100 000 familles: Plaidoyer pour l'entreprise familiale

C. CHEVRILLON

Grasset, France

2015



Le mythe des « 200 familles » qui s’enrichiraient sur le dos de la collectivité a fait beaucoup de mal à la France. Ce sont aujourd’hui 100.000 familles qui possèdent plus de 80% des entreprises hexagonales et produisent 60% de la richesse nationale.Vision de long terme, solidarité, pérennité du projet, proximité avec le tissu économique local, plus grande liberté vis-à-vis des marchés financiers, relations sociales plus harmonieuses, souplesse d’adaptation, rapidité de décision et de mouvement, diversité du recrutement et patriotisme : autant d’atouts par rapport aux entreprises cotées en bourse, détenues par des actionnaires professionnels (fonds d’investissements ou autres) qui se retrouvent sous la pression constante de leurs actionnaires avides de dividendes à court-terme.L’ignorance et le mépris dans lesquels sont tenues les entreprises familiales en France vont de pair avec l’hypertrophie des grandes entreprises et des services de l’Etat. Conséquences : le déclin de notre industrie et des créations d’emplois, ainsi que l’impuissance à remonter dans le train de la croissance.En puisant dans son itinéraire personnel ainsi que dans l’observation d’autres entreprises familiales, en France, en Italie ou en Allemagne, l’auteur démontre ici la pertinence de ce modèle pour dynamiser le rebond économique de notre pays

Organizations, Strategy and Society: The Orgology of Disorganized Worlds

Organizations, Strategy and Society: The Orgology of Disorganized Worlds

R. DURAND

Routledge, New York

2015



Organizations are ubiquitous, from clubs and associations to firms and public agencies. They confer meaning to all of us, and our attachment to and membership of organizations have a profound effect on all areas of our lives. However, in our increasingly turbulent world, these organizations run the risk of disappearing or losing their legitimacy, creating a sense of pointlessness and absurdity.Organizations, Strategy and Society: The Orgology of Disorganized Worlds draws on neo-institutional and strategy theories of competitive advantage and develops an integrative approach to theorizing organizations and their behaviors, termed ‘orgology’. It explains that organizations can act strategically to protect and renew the meaning that individuals give to their lives. In so doing, organizations that survive and thrive impose their logics on society, thereby influencing what is legitimate or not. In turn, individuals must reinterpret their multiple associations with organizations and contribute to reinforcing or inhibiting social evolutions. This new way of understanding organizations’ relationships with society results in a reconsideration of management and the role of individuals in building their future.This book will be of interest to students at all levels, to researchers in organizational studies, strategic management and sociology, as well as to people willing to reorganize their world

Réapprendre à décider

Et si choisir les stratégies gagnantes était un vrai sport d'équipe...

O. SIBONY

Editions Nouveaux Débats Publics, France

2015



Et si Steve Jobs n'était pas le grand génie d'Apple ? Et si nombre de nos prédictions ne valaient pas mieux que celles de Paul le Poulpe, le fameux prophète de résultats footballistiques ? Et si les intuitions qui guident le plus souvent nos certitudes n'étaient pas les bonnes ? Il est possible de dépasser les obstacles cognitifs et culturels qui entravent la performance des entreprises du XXIème siècle. Pour cela, il est temps pour chaque dirigeant de s'interroger sur sa pratique de la décision. Cessons de nous demander " à qui la faute ? ", et de rechercher sans cesse le visage d'un coupable parmi la multitude. À travers un " catalogue des erreurs " caustique et révélateur, Olivier Sibony nous amène à sortir d'un cliché : non, les dirigeants qui prennent de mauvaises décisions ne sont pas nécessairement de mauvais dirigeants. La richesse de ses anecdotes, tirées des coulisses des décisions stratégiques, permet au lecteur pris à partie d'identifier les principaux ennemis d'une bonne décision : jeux et calculs politiques, prises de position figées, excès d'optimisme, ou encore comportements moutonniers. La France n'a pas encore pris le train de l'économie comportementale. Cette discipline, qui a révolutionné la manière de décider dans le monde anglo-saxon, représente pourtant une clé de compréhension de nos choix et de leurs paradoxes. Elle nous montre pourquoi les entreprises, tiraillées entre aversion au risque et décisions hâtives, doivent entrer dans une nouvelle ère, dont les mots d'ordre sont dialogue, analyse et révolution culturelle. À contre-courant d'un individualisme forcené, Olivier Sibony nous livre dans cet essai une vision du collectif comme condition sine qua non de la performance. En prenant le temps d'élaborer sa propre méthode de décision stratégique, le décideur d'aujourd'hui construit les briques essentielles qui feront prospérer l'entreprise de demain

Social business et base de la pyramide

Social business et base de la pyramide

B. FAIVRE TAVIGNOT

ISTE Editions

2015



Les projets social business ou BoP (Base of Pyramid) menés par les multinationales des pays développés dans les pays émergents ont un double objectif. Ils permettent aux populations pauvres d'acheter des biens et services auxquels elles ont peu accès et constituent également de nouveaux relais de croissance pour ces grandes entreprises. Au-delà de cet enjeu de développement, ces projets initiés avec les populations pauvres et les acteurs de la société civile sont de puissants leviers d'innovation, voire d'innovation inversée, et même de renouveau stratégique. Social business et base de la pyramide (SBoP) analyse en détail les cas d'initiatives SBoP des multinationales comme Danone, Schneider Electric, Renault, Essilor ou Bel. Il explore leur rôle novateur dans la stratégie de ces entreprises, leur permettant ainsi de se réinventer et d'être simultanément plus durables et compétitives face aux défis environnementaux et sociaux. **L'auteure** Co-fondatrice et directrice de la Chaire "Social business - Entreprise et pauvreté" et du Mastère HEC "Management du développement durable", Bénédicte Faivre-Tavignot est directrice du Centre Society & Organizations


JavaScriptSettings