Masters' programs - tomorrow is our business

Un tour du monde des exploitations agricoles mené par deux étudiants de la Grande École : le projet Travelling Farmers

19 jan 2015

En 2015, Jules Veyrat et Tristan Fradet, étudiants de la Grande Ecole actuellement en césure se consacreront à un tour du monde insolite : ils travailleront dans 10 fermes sur les cinq continents! Présentation de ce très beau projet.

2-etudiants-de-la-grande-ecole-hec-paris-projet-travelling-farmers

L' objectif de ce périple n'est pas de conseiller les agriculteurs que Jules et Tristan rencontreront en Uruguay, au Mexique, en Alaska, en Nouvelle-Zélande, en Birmanie, en Mongolie, en Israël puis en Côte d'Ivoire ; il s’agit plutôt d’apprendre et de travailler auprès de ceux qui se lèvent chaque matin pour nourrir 7 milliards d'êtres humains. Que ce soit la production d'agrumes en Uruguay, la pêche en Alaska ou l'élevage de moutons en Mongolie, les étudiants souhaitent observer le plus de types de productions agricoles possibles.

Pourquoi un tel projet?

A cette question, ils apportent une réponse en 3 parties. Premièrement, ils sont jeunes et aiment voyager : Tristan passait un semestre à Shanghai dans le cadre du Global Exchange Program (GEP), pendant que Jules était à Buenos Aires ; deux expériences formidables qui les incitent aujourd’hui à la découverte de nouveaux pays. Ensuite, ils se demandent d'où provient véritablement ce qui arrive tous les jours dans nos assiettes. Découvrir l'agriculture, activité économique indispensable, leur semble fondamental: « nous pouvons vivre sans Wifi, sans smartphone, sans vêtements, mais il est impossible de vivre sans manger ! » Enfin, à l'aube du début de leur vie professionnelle, ils souhaitent prendre un peu de recul, et se poser les bonnes questions pour s'orienter au mieux à leur retour.
   
Par des articles, des photos et des vidéos, ils souhaitent partager leurs aventures avec le plus grand nombre.  Ils ont néanmoins fait le choix de ne se connecter qu'une fois par semaine: la communication ne passera donc pas avant leur désir de déconnexion et de simplicité. Leur communication, ils la veulent vraie, et authentique, sans enjoliver la réalité.