Masters' programs - tomorrow is our business

Parcours inspirant : Pierre Andurand, diplômé du MSc International Finance

08 dec 2017

Diplômé du MSc International Finance d’HEC en 2000, Pierre Andurand est le fondateur d’Andurand Capital, un prestigieux hedge fund opérant sur les matières premières.

Pierre-Andurand-conference-HEC-Paris-Masters-in--Finance



Vous avez créé votre fond très jeune après avoir fait vos armes à Goldman Sachs. Pourquoi avez-vous décidé de quitter Goldman Sachs et Bank of America pour vous lancer dans la création d’entreprise ?
 
 J’ai exercé les responsabilités de trader dès mon arrivée chez Goldman Sachs à Singapour. Au bout d’un an passé en salle de marché chez Goldman Sachs, j’ai réalisé que j’étais capable de faire ce métier seul, en créant ma propre entreprise. J’ai donc rapidement eu la confiance de viser un post plus senior et suis parti travailler pour Bank of America. J’ai ensuite reçu une offre de Vitol, l’une des principales sociétés de trading pétrolier, pour devenir associé.
 Cette expérience a été très positive. J’ai notamment, lors de ma deuxième année au sein du groupe, enregistré le plus gros profit de l’histoire de l’entreprise. Je gérais à l’époque entre 100 et 200 millions de dollars, avec des retours sur investissement de 200%. Je savais alors que ma stratégie était très scalable ; j’aurai ainsi pu gérer des montants bien supérieurs en obtenant le même type de retour sur investissement.
 En créant mon premier fonds BlueGold en 2008, j’avais alors confiance de pouvoir me recréer un flux d’informations au moins aussi performant que lors de ma précédente expérience et d’offrir un produit vraiment différent aux investisseurs de hedge funds. Le fait de travailler pour son propre fonds était aussi pour moi l’occasion d’appliquer les règles de gestion des risques dans lesquelles je croyais.
 L’important je pense pour connaître le succès en tant qu’entrepreneur est d’avoir une grande confiance en soi et d’être optimiste. Si une personne souhaite rester au chaud dans une entreprise, elle ne pourra pas connaitre le succès dans le monde du trading.
 
 
 Qu’est-ce qui vous passionne dans votre métier de gestionnaire de hedge funds ?
 
 Ce que j’aime dans le trading, c’est que cela touche à de nombreux domaines. Plus particulièrement dans le trading de l’énergie, il faut à la fois analyser la géopolitique, la politique économique, l’offre et la demande, la psychologie de marché et bien sûr maitriser parfaitement la finance et les mathématiques. J’aime avant tout comprendre comment le monde marche, et c’est ce que demande ce métier.
 Le trading est aussi une expérience excitante, finalement assez similaire au sport de compétition. Mais au lieu d’être mesuré par le temps (si l’on est coureur ou nageur), on est jugé sur les retours sur investissement.
 Au jour le jour, je fais beaucoup d’analyses et de lecture. J’étudie surtout les tendances de croissance de la production et de la demande. Sur le pétrole il est difficile d’avoir un marché équilibré, et il est important de savoir prendre de la distance sur l’actualité et de réfléchir à moyen et long terme. Il y a finalement très peu de gens qui raisonnent de cette façon, et c’est je pense, cette différence qui explique le succès que je connais.   
 

Vous avez été diplômé du programme Finance d’HEC en 2000. Qu’avez-vous retenu de la formation et en quoi vous a-t-elle ouvert l’esprit sur le monde de la finance et du trading en particulier ?

Ma passion à l’origine était la natation, avec comme rêve de devenir champion olympique ! J’étais en équipe de France junior et faisais partie des meilleurs nageurs européens de ma catégorie. J’ai cependant échoué aux qualifications olympiques de 1996. J’ai mal vécu cet échec sur le moment, puis suis venu à accepter de ne pas être assez bon pour réaliser ce rêve olympique.
 
 J’ai passé beaucoup de temps à m’interroger sur ce que je voulais faire de ma vie. Ma conclusion était de pouvoir vivre un maximum de vies en une, mais qu’il fallait que je les fasse dans l’ordre. Il fallait d’abord que je gagne très bien ma vie dès le début de ma carrière, afin de voir ensuite toutes les opportunités s’offrir à moi. Je me suis pris d’intérêt pour le trading et ai commencé durant mon cursus d’ingénieur à lire des ouvrages et à consulter des sites web sur les marchés financiers. Je me suis senti fait pour devenir trader, et c’est à partir de là que j’ai orienté mon parcours vers ce métier, en faisant d’abord des stages en finance puis en postulant au Master Finance d’HEC.

J’ai beaucoup apprécié le MSc International Finance d’HEC. J’ai trouvé que les cours et les professeurs étaient excellents, les étudiants brillants et l’atmosphère très motivante. Le MSc m’a clairement ouvert la porte pour l’obtention de plusieurs offres d’emplois: equity derivatives trading chez Deutsche Bank et Commodities Trading chez Goldman. Aussi j’ai pu avoir une bonne performance dès le début car j’étais bien formé pour le job : 3 jours seulement après mon arrivée, mon supérieur partait deux semaines en congés et je devais gérer le book tout seul et pricer des structures exotiques aux clients !

 Vous êtes très sportif et président de Glory Sports International, la société propriétaire de la principale league de kickboxing. Comment faites-vous pour gérer votre travail avec votre fonds et la gestion de cette entreprise ?

J’ai beaucoup travaillé pendant deux ans pour monter le business plan, recruter une équipe et lancer l’entreprise. Maintenant elle est très bien gérée, je suis chairman du board et suis présent sur les grosses décisions stratégiques. J’ai su embaucher les bonnes équipes pour gérer efficacement cette league car je me concentre principalement sur mon job de gérant de hedgefund ! 

 Retrouvez l'interview de Pierre Andurand dans sa version Anglaise