Entretien avec les fondateurs du séminaire Reinvent 2035

Pour penser le monde de demain, HEC Paris crée le nouveau séminaire de pré-rentrée Reinvent 2035. Initiation à la réflexion prospective appliquée aux enjeux stratégiques des entreprises, il permet aux étudiants de collaborer activement avec HEC et 4 partenaires : Danone, EDF, Airbus et Uber. Entretien avec Bénédicte Faivre-Tavignot et Jérémy Ghez, professeurs affiliés et fondateurs du programme.

Benedicte Faivre-Tavignot, Inclusive and Social Business Summer Program, HEC Paris

Jérémy Ghez, Academic Director of Business and Geopolitics Summer program, HEC Paris

Bénédicte Faivre-Tavignot, 
Professeur affiliée, Directrice Excutive de la Chaire et du Certificat Social Business / Enterprise and Poverty et du Centre Society & Organizations, HEC Paris

 

Jérémy Ghez,
Professeur affilié d'Economie et d'Affaires internationale, Centre Geopolitique d'HEC Paris

Comment est née l’idée d’un séminaire de rentrée consacré à la prospective ?

Bénédicte Faivre-Tavignot : L’école HEC mène une réflexion permanente sur les innovations pédagogiques propres à enrichir les enseignements proposés aux étudiants. De nombreux échanges ont associé la direction, le corps enseignant, mais aussi le Centre Society & Organizations sur la nécessité de sensibiliser les étudiants aux mutations (politiques, géopolitiques, technologiques, environnementales, sociales, sociétales) à l’œuvre dans les sociétés et dans les entreprises et ce, via une pédagogie innovante. L’objectif d’HEC est de former des managers qui soient de véritables acteurs de ces transformations, et non des spectateurs passifs. Pour cela, les étudiants ont besoin de bien comprendre ces transformations en cours et à venir, pour pouvoir non seulement y répondre, mais les anticiper et en être des acteurs à part entière.

Jérémy Ghez : La mission d’une business school évolue elle aussi en parallèle de ces mutations fondamentales. Elle doit en effet former les managers de demain et, pour cela, elle doit leur apporter des compétences non seulement managériales mais analytiques. C’est seulement ainsi que ces futurs leaders seront capables d’identifier de nouvelles sources de valeur, d’anticiper des tendances et des dynamiques jusque-là méconnues. C’est déjà dans ce but qu’HEC a fondé, il y a quatre ans, son Centre de Géopolitique, pour explorer des dynamiques internationales qui peuvent influencer le monde des affaires. Le séminaire Reinvent 2035 est d’ailleurs le résultat d’une initiative conjointe entre le Centre Society & Organizations et le Centre de Géopolitique de l’École.

Bénédicte Faivre-Tavignot : Par ailleurs, nous réfléchissions depuis longtemps à la création d’une expérience de transition pour les étudiants qui débutent leur année de L3 au sortir des classes préparatoires. Il s’agit de les faire entrer dans l’apprentissage académique d’HEC en passant par une phase de découverte active des enjeux stratégiques des entreprises, qui évoluent dans des sociétés en constante évolution. Cette transition, qui se déroule sur 3 mois à partir de la rentrée, doit leur permettre de mettre en perspective les connaissances en cours d’acquisition avec un environnement plus large : l’entreprise, la société, le monde, pour les aider à mieux intégrer ces savoirs et à se projeter.

Quelle part le séminaire Reinvent 2035 laisse-t-il à l’action ?

Jérémy Ghez : Il s’agit pour les étudiants d’un véritable défi intellectuel totalement inscrit dans l’action. Ils ont d’abord pour mission de décrire le monde de 2035 d’une manière cohérente et pertinente par rapport aux enjeux spécifiques de l’entreprise choisie. Une entreprise comme Danone n’identifie pas les mêmes enjeux stratégiques pour son activité qu’une entreprise comme Airbus. Une fois ce travail d’imagination poussée effectué, ils doivent émettre des recommandations stratégiques pour l’entreprise, des axes à suivre pour que celle-ci puisse efficacement anticiper et participer aux transformations susceptibles d’impacter son activité. C’est une collaboration poussée avec le monde professionnel et une première immersion dans la dimension stratégique de la gestion d’entreprise pour des étudiants destinés à des carrières managériales.

Comment se déroule précisément ce nouveau séminaire ?

Bénédicte Faivre-Tavignot : Les étudiants débutent le séminaire de découverte de deux jours et demi à la rentrée et choisissent de travailler avec l’une des entreprises participantes : Danone, EDF, HEC, Airbus et Uber. Durant les trois mois qui suivent, ils étudient les enjeux stratégiques (géopolitiques, technologiques, environnementaux, sociaux et sociétaux) qui concernent spécifiquement ces sociétés et leur proposent en fin de parcours des axes stratégiques de réinvention.

Jérémy Ghez : Les étudiants suivent ensuite 18 heures de cours électifs prenant la forme d’échanges entre groupes de travail et tuteurs et de présentations d’intervenants issus des entreprises partenaires sur les différentes tendances fondamentales déjà citées. Ils doivent pouvoir s’ouvrir à l’ensemble des problématiques, nourrir le plus largement possible leur réflexion prospective pour produire les conseils les plus avisés à l’entreprise choisie. Enfin, ils ont accès à un MOOC que j’ai créé, « Anticipating Your Next Battle (in Business and Beyond) », en ligne sur Coursera.

Quelle trace souhaitez-vous laisser dans l’esprit des étudiants qui suivront ce séminaire ?

Jérémy Ghez : HEC Paris promeut déjà depuis de nombreuses années la réflexion prospective par le biais de ses chaires et centres de recherche, en premier lieu le Centre Society and Organizations et le Centre HEC Paris de Géopolitique. L’école prolonge et élargit son action par la création de ce séminaire qui laissera, nous l’espérons, une empreinte forte dans l’esprit des étudiants et leur inculquera de véritables habitudes de réflexion prospective qu’ils exerceront durant toute leur vie professionnelle. Nous souhaitons qu’un véritable mouvement HEC de la prospective se développe à l’échelle mondiale.