Cécile Mazeran

Cécile  Mazeran

MS DMI, Promotion 2001

Juriste d'entreprise, SNCF International

L’expression qui me vient à l’esprit pour l'enseignement dispensé à HEC, est « prêt-à-porter » autrement dit opérationnel tout de suite

  • Quelles sont les grandes étapes de votre parcours ?

Au cours de ma formation (double-cursus droit anglais suivi en faculté pendant 5 ans, validé par un 3e cycle de Juriste d'Affaires Européen), j'ai effectué des stages dans des milieux divers (administration judiciaire, cabinet d'avocat, service juridique d'une association, département international et juridique d'un groupe international) et domaines variés (droit du travail, droit fiscal, droit de la concurrence-consommation, droit commercial de la distribution) avant de trouver, à l'issue de ma formation en Mastère spécialisé à HEC, le poste de juriste d'entreprise à la société SNCF International qui m'emploie depuis maintenant 6 ans.

  • Avec le recul, que pensez-vous que le Mastère spécialisé de HEC vous ait apporté ?

D'une part, le MS DMI m'a permis d'acquérir des connaissances plus techniques en droit qui parfois font défaut dans l'enseignement universitaire comme la technique de rédaction contractuelle, ainsi qu'une approche du monde professionnel par l'enseignement de matières non juridiques comme la finance, pourtant utiles au juriste d'entreprise. D'autre part, un MS HEC constitue un passeport, gage de sérieux et de professionnalisme, une carte de visite qui ouvre des portes et vous offre des opportunités de contacts non négligeables, lors des carrefours des métiers, colloques ou séminaires notamment.

  • Quels sont souvenirs les plus marquants de votre année à HEC ?

Deux cours enseignés par un professionnel (de la Finance) et par un praticien (en droit des contrats) m'ont particulièrement marqué en ce que ces personnes sont parvenues à nous transmettre leur passion et à nous faire comprendre ce que l'on attendait d'un conseiller juridique. L'expression qui me vient à l'esprit pour qualifier leur enseignement, est « prêt-à-porter » autrement dit opérationnel tout de suite. En effet, bien que constituant une base nécessaire, l'enseignement universitaire est par trop théorique ; j'avais (enfin) la sensation de toucher au « vif du sujet », au concret. Je retiens également le travail de fin d'année en équipe projet car il a mis à rude épreuve notre capacité à se coordonner pour donner le meilleur de nous-mêmes (en dépit des différences de vues et de compétences). Un vrai challenge et un avant-goût de ce que peut donner le travail en équipe dans une entreprise !

  • En quoi consiste exactement votre métier aujourd'hui ?

SNCF International est une société anonyme, filiale à 100% de la SNCF, en charge de développer et promouvoir à l'international le savoir-faire du groupe, notamment en matières d'exploitation et de maintenance ferroviaires. Mes missions relèvent de la gestion au quotidien des problématiques de droit liées à la vie, l'activité de l'entreprise ainsi que de ses obligations légales en tant que société commerciale et filiale de groupe :

  • apporter conseil et expertise juridiques dans l'analyse d'appels d'offres, le montage d'offres, ainsi que pour l'élaboration, la validation et/ou la négociation de projets contractuels
  • procéder à l'analyse des risques des projets et sécuriser les engagements contractuels de l'entreprise
  • organiser les réunions des organes de direction et de contrôle de l'entreprise et accomplir les formalités légales afférentes aux décisions prises
  • prévenir et gérer les contentieux

  • Quels sont les aspects de votre travail que vous préférez aujourd'hui ?

Avant tout, j'attache beaucoup d'importance au conseil et à l'assistance aux opérationnels car cela suppose de créer une relation d'écoute et de confiance (un peu à l'image du relationnel existant entre un avocat et son client). C'est gratifiant lorsque l'on y parvient. J'apprécie également le fait d'exercer une fonction transverse intervenant en support des services opérationnels : cela donne l'impression de faire partie d'un ensemble cohérent en mouvement. Lorsque chacun respecte le travail de l'autre, ça fonctionne bien.

  • En matière de management, quel est votre champ d'action, et quelles compétences avez-vous développées à ce titre ?

Par ses avis et recommandations, le juriste d'entreprise éclaire et oriente dirigeants et opérationnels ; en somme, il aide et accompagne la prise de décision. Par ses méthodes, il contribue à la mise en qualité des pratiques et participe au processus de contrôle interne de l'entreprise. Afin de remplir mes missions, j'ai dû développer des compétences organisationnelles et relationnelles : pour apprécier et comprendre les besoins, je dois rencontrer, échanger, au besoin reformuler et exposer la situation avec pédagogie, puis proposer des solutions qui feront consensus. Pour ce faire, j'ai dû m'adapter à des publics et des situations variés, créer des outils de gestion quotidienne des projets ou de suivi des contrats, me rendre disponible même dans l'urgence, apprendre à gérer et hiérarchiser les priorités, faire face aux situations imprévues, savoir communiquer et solliciter les actions d'autres services, ou partenaires ou faire appel au réseau de juristes du groupe.

  • Votre poste comporte-t-il une dimension internationale ?

L'activité essentielle de SNCF International est tournée vers l'export de savoir faire SNCF. Nos clients sont des chemins de fer étrangers demandeurs de l'expérience ferroviaire française ou des partenaires industriels sollicitant une assistance à maîtrise d'ouvrage pour la réalisation de grands projets ferroviaire à l'étranger. De ce fait, je suis confrontée à des systèmes légaux et/ou socioculturels différents. Parfois les réunions se tiennent ou les conventions se concluent en langue anglaise ou espagnole.

  • Quels conseils donneriez-vous aux étudiants qui aspirent à faire carrière dans votre domaine d'activité ?

Commencer à travailler dans une entreprise de taille PME est très formateur (polyvalence).
La pratique d'une langue juridique (rédaction de contrat en langue anglaise par exemple) ainsi que l'aisance dans un milieu multiculturel sont des plus (formations et stages peuvent aider à se familiariser). Il faut être mobile (déplacement hors de France) et faire preuve d'empathie et d'ouverture d'esprit.