Pierre Mudet

Pierre  Mudet

Avocat, Ginestié Magellan Paley-Vincent

MS DMI, Promotion 2003. Formation d'origine : Toulouse 1

Le mastère HEC m’a apporté bien plus qu’une simple formation complémentaire. Ouverture, réseau, compréhension de l’entreprise et pluridisciplinarité représentent certains des attraits de ce cursus.

  • En quelques mots, en quoi consiste exactement votre métier ?

J’exerce depuis plus d’un an au sein du cabinet Ginestié Magellan Paley-Vincent dans lequel je réalise des opérations de M&A et de Capital Markets. Mes fonctions m’amènent à traiter des opérations clés dans la vie des entreprises : cessions, restructurations, offres publiques d’acquisition, etc. Nous travaillons en équipes restreintes de manière intensive pour des clients de premier plan. Le cabinet compte une quarantaine d’avocats. Ce type de structure suppose responsabilité, autonomie et disponibilité. Il offre en contrepartie la chance d’acquérir rapidement des compétences solides dans des domaines variés.

  • Quelles sont les étapes marquantes de votre parcours (formations suivies, premier emploi, évolution de carrière, etc.) ?

A l’issue d’un DEA en droit des affaires, j’ai souhaité  poursuivre ma formation juridique par un cursus orienté sur la pratique, tournée vers l’international et pluraliste dans ses disciplines. Le Mastère Spécialisé Droit et management international m’a ainsi offert non seulement un complément professionnel à ma formation théorique mais encore une ouverture vers de nouvelles disciplines tels la stratégie d’entreprise, la finance ou le marketing.

A ma sortie du mastère, j’ai été directement embauché par un cabinet. Le mastère a donc véritablement été un tremplin pour débuter ma carrière. J’ai ensuite mené de front mon exercice au sein du cabinet avec la réalisation d’un doctorat, les deux activités s’enrichissant l’une de l’autre. Plus récemment, j’ai eu l’occasion de coécrire avec Jean-Christophe Vidal, associé du cabinet Ginestié Magellan Paley-Vincent, un ouvrage, Communication Financière, qui répond aux attentes des sociétés cotées en termes de communication au marché. Cette double activité permanente m’a permis de développer de nouvelles compétences techniques, de gagner en crédibilité vis-à-vis de clients exigeants et d’accroître considérablement ma visibilité sur le marché.

  • Votre poste comporte-t-il une dimension internationale ? Si oui quelle est-elle ?

Si le droit est par définition local, nos clients ne le sont plus. Un avocat doit aujourd’hui intervenir en partenariat avec ses homologues européens voire internationaux. Des filiales à l’étranger, des actionnaires aux Etats Unis ou des intérêts européens et votre compétence doit dépasser le périmètre national. Toute opération en France a donc nécessairement une résonnance mondiale. A ce titre, la formation proposée par HEC permet de comprendre, au-delà des questions locales, les enjeux globaux.

  • Pourquoi aviez-vous choisi HEC ?

Un mastère ne se choisit pas par hasard. Ouverture, reconnaissance, formations proposées et exclusivité sont autant de critères pertinents d’un choix. HEC y répond et c’est pourquoi le MS DMI s’est naturellement imposé dans ma recherche. Aujourd’hui encore, je ne peux que constater que le nombre d’anciens présents à des postes clés est relativement important. Cette présence constitue un véritable atout dans un secteur d’activité particulièrement compétitif.

  • Avec le recul, aujourd’hui, qu’est-ce que le Mastère spécialisé de HEC vous a apporté (d’un point de vue aussi bien personnel que professionnel) ?

Le mastère HEC m’a apporté bien plus qu’une simple formation complémentaire. Ouverture, réseau, compréhension de l’entreprise et pluridisciplinarité représentent certains des attraits de ce cursus. Il permet donc de parfaire sa formation initiale afin d’être directement opérationnel.

  • Quels conseils donneriez-vous aux étudiants qui aspirent à faire carrière dans votre domaine d’activité ?

Exigence, travail et disponibilité. Si cette évidence doit être rappelée, notre activité nous offre également une responsabilité forte, des enjeux importants et un attrait intellectuel certain.
Enfin et surtout, un étudiant qui débute sa carrière professionnelle doit connaître ses limites, engranger un maximum d'expériences tout en sachant s’affirmer et soutenir ses positions. En un mot, oser !