Pauline-Gaïa Laburte

Pauline-Gaïa  Laburte

MS MAC, Promotion 2010

Senior Consultante Secteur Public, Deloitte France

Paris

Université Panthéon Assas (Paris II)

« Lors de mon MS, j'ai constamment été encouragée à entreprendre et rechercher des solutions créatives. Ces qualités sont indispensables dans le métier que j’exerce »

  • Pourriez-vous présenter votre parcours académique et professionnel ?

Je suis diplômée en Histoire de l'art et en muséologie de la Sorbonne et de l'Ecole du Louvre, et j'ai intégré le MS médias, art et création après avoir effectué un master en marketing et communication à Panthéon-Assas. Avant de rejoindre le département Secteur Public de Deloitte Paris où je suis actuellement senior consultante, j'ai travaillé deux ans et demi pour l'initiative Art & Finance de Deloitte Luxembourg, conseillant des entreprises opérant sur le marché de l'art et des institutions financières gérant du patrimoine artistique. J'ai notamment participé au lobbying mené auprès du gouvernement luxembourgeois en vue de la création d'un cluster pour les industries créatives.

Chez Deloitte Paris, mon expertise sectorielle s'est élargie, puisque je conseille des décideurs d'administration centrale et des opérateurs publics dans les secteurs Culture, Enseignement Supérieur, Formation Professionnelle, Recherche, Emploi.

  • Pourquoi avez-vous choisi d’intégrer HEC Paris ?

Ma formation et mes premières expériences m'ont fait comprendre que le secteur culturel était de plus en plus confronté à la nécessité de s'insérer dans le tissu économique global. Beaucoup de gouvernements ont diminué voire stoppé leurs aides au secteur culturel, les institutions doivent faire face à une concurrence toujours plus rude pour attirer des sponsors et des visiteurs sollicités par ailleurs par une offre "entertainment" diversifiée (cinéma, musique, parcs d'attraction). Le secteur est donc de plus en plus en demande de managers, de gestionnaires, de stratèges. Le mastère HEC Médias, Art et Création répondait pour moi à cette exigence nouvelle de professionnalisation, en m'apportant des connaissances complémentaires à celles déjà acquises lors de ma formation initiale.

  • Qu’est-ce que  le Mastère spécialisé de HEC vous a apporté d’un point de vue aussi bien personnel que professionnel?

La devise d'HEC, c'est "Apprendre à Oser". Lors de mon MS, j'ai été constamment encouragée à être entreprenante (création d'entreprise), à rechercher des solutions créatives (super cas). Ces qualités me sont indispensables comme consultante puisque ce métier demande de savoir créer ses propres opportunités, proposer de nouveaux services, aller à la rencontre de clients potentiels. Abraham Lincoln disait: "Des choses peuvent arriver à ceux qui attendent, mais seulement celles laissées par ceux qui foncent". HEC m'a appris à être une fonceuse.

Résultat? J'ai osé proposer à Deloitte la création au niveau du Groupe d'une nouvelle ligne de services destinés aux institutions, aux autorités publiques et aux investisseurs privés du secteur culturel. Un véritable ovni quand on connaît le monde du conseil. Il a fallu convaincre nos clients que nous avions notre place dans le secteur culturel et, plus difficile encore, il a fallu convaincre les équipes de consultants, les managers et les associés de la firme que la culture n'était pas qu'un gouffre financier ou un hobby divertissant mais représentait une opportunité de développement rentable!

Grâce au MS médias, art et création et à son enseignement trans-sectoriel, j'ai également eu l'opportunité d'étudier d'autres disciplines et notamment le secteur médias/presse que j'avais peu abordé durant mes études. Cela m'a donné envie de renouer avec ma formation littéraire et j'ai donc proposé au mensuel lifestyle Luxuriant Magazine de créer une rubrique de critiques de livres que je gère toujours. C'est ça aussi HEC: une carrière menée sur plusieurs fronts, dans des domaines aussi passionnants les uns que les autres.