Matthieu Roux

Matthieu Roux

Majeure MAC 2008

Contrôleur de gestion aux Editions Delcourt

Pouvez-vous présenter votre parcours à la sortie de la Majeure MAC ?

Pendant mon cursus à HEC, j’ai effectué un stage d’un an aux éditions du Seuil où j’ai découvert cet univers. J’avais déjà un goût prononcé pour la lecture, et la bande dessinée en particulier. J’ai choisi ensuite d’intégrer la Majeure MAC en raison de la variété des cours et des thèmes proposés. A la fin du cursus, j’ai trouvé un poste chez Editis, dans le secteur scolaire/parascolaire en contrôle de gestion pendant un an. Les éditions du Seuil, spécialisées dans la littérature française, m'ont recontacté pour devenir contrôleur de gestion pour la holding La Martinière qui les avait rachetées en 2004. Durant un an et demi, j’ai pu découvrir le monde de l’édition dans un grand groupe de manière globale et en rencontrant des acteurs variés. J’ai souhaité ensuite retourner dans un périmètre plus restreint et opérationnel pour travailler auprès des éditeurs. J’ai alors intégré Hachette Jeunesse Licence. Ce groupe important fonctionne en petites entités très autonomes. J’ai retrouvé la souplesse et la proximité d’une équipe réduite que j’avais appréciée dans mes expériences précédentes. Ce poste fut certainement le plus enrichissant et le plus formateur. J’occupe aujourd'hui le poste de contrôleur de gestion aux Editions Delcourt depuis trois ans, maison d’édition de bandes dessinées reconnue et de taille réduite. En intégrant des fonctions supports dans le secteur de l’édition, on évite d’être cloisonné dans une branche précise. J’ai ainsi pu évoluer dans des maisons d’édition très diverses tout au long de mon parcours.

Que vous a apporté la Majeure MAC ?

La Majeure MAC m’a apporté une connaissance des secteurs culturels, sans renier les compétences techniques que je souhaitais développer, en comptabilité et finance notamment. Certains cours techniques me servent encore aujourd'hui dans mon métier, notamment le cours de droit de la propriété intellectuelle. L’alternance entre cours de qualité et projets passionnants m’a permis d’intégrer le marché de l’édition plus sereinement.

Faites-vous aujourd'hui ce que vous vouliez faire ?

Aujourd'hui, j’ai réussi à associer le métier que je voulais exercer, celui de contrôleur de gestion, dans le secteur qui me passionne, la bande dessinée. De plus, les auteurs et ouvrages des éditions Delcourt font partie de mes lectures préférées depuis de nombreuses années.

Quels conseils donneriez-vous aux étudiants MAC ?

La culture est un milieu de réseau, de rencontres et d’opportunités à saisir. Il nécessite de s’impliquer davantage que dans d’autres secteurs. Mon conseil serait donc d’aller rencontrer le plus de personnes possible. Le mémoire de fin d’études est une opportunité idéale pour cela. A cette occasion, j’ai fait des rencontres qui portent encore leurs fruits aujourd'hui.

Un mot pour qualifier vos souvenirs de la majeure ?

Ebullition. Cette année a été marquée par les échanges entre étudiants, les projets à mener ensemble et les nombreuses rencontres avec des professionnels. De plus, j’insisterai sur la diversité des cours et des intervenants qui permet aux étudiants de découvrir différents métiers et postes.