La prise de décision, reflet de la stratégie de votre entreprise

Olivier Sibony, Professeur Affilié (PhD) en Stratégie et Politique d'Entreprise - 29 juin 2018
Decision Making Business Strategy - Sibony - HEC Paris ©Rawpixel.com

Les décisions ne sont pas toujours prises en cohérence avec la stratégie au sein des entreprises. Olivier Sibony et ses co-chercheurs étudient ce qui se cache derrière les décisions contreproductives et donnent des lignes directrices pour définir des processus de décision stratégique plus efficaces.

Olivier Sibony - HEC Paris

Olivier Sibony, diplômé d’HEC Paris, est consultant, auteur et enseignant, spécialiste de la prise de décision stratégique. Les travaux de recherche d’Olivier (...)

Voir le CV

Prendre des décisions stratégiques fait partie intégrante de la gestion d'entreprise ; et pourtant, les décisions prises ne reflètent pas toujours la stratégie. Parfois, les dirigeants d'entreprises très innovantes prennent des décisions restrictives et conservatrices ; dans d’autres cas, une entreprise qui n'a pas explicitement choisi de faire des paris ambitieux peut, in fine, faire des choix risqués comme un investissement important ou le lancement d'une innovation radicale. Olivier Sibony, professeur affilié à HEC Paris et ancien Directeur Associé Senior chez McKinsey, pose la question suivante : « Pourquoi y a-t-il souvent un décalage entre le but recherché par l'entreprise et les décisions prises pour l'atteindre ? » 

Guillemet

Pourquoi y a-t-il souvent un décalage entre le but recherché par l'entreprise et les décisions prises pour l'atteindre ? » 



Pour répondre à cette question et pour fournir des solutions aux décideurs, Olivier Sibony et ses co-auteurs ont étudié comment la stratégie comportementale peut aider à prendre les bonnes décisions. En effet, les biais cognitifs et comportementaux jouent souvent un rôle dans les décisions qui ne sont pas conformes à la stratégie de l'entreprise. Les chercheurs ont donc identifié des leviers qui permettent de concevoir des processus de décision en meilleure adéquation avec les objectifs stratégiques d'une organisation.

Qu'est-ce qui affecte l'orientation stratégique des entreprises ?

Toutes les décisions stratégiques ne sont pas prises par des « stratèges ». De nombreuses décisions opérationnelles, comme le choix des produits à lancer pour une entreprise de biens de consommation, ou la gestion du plan de développement d’un laboratoire pharmaceutique, ont, si on les considère dans leur globalité, un impact décisif sur la performance d’une entreprise. Selon Olivier Sibony et ses co-chercheurs, ces décisions ne sont pourtant pas toujours considérées comme faisant partie du plan stratégique de l'entreprise, mais souvent comme de simples routines fonctionnelles. « Ces processus de décision forment le socle décisionnel d'une entreprise », déclare-t-il. « Certains processus sont communs à la plupart des entreprises, comme ceux relatifs au budget ou aux investissements ; d'autres sont plus spécifiques. Les décisions prises dans le cadre de ces processus façonnent la stratégie de l'entreprise. Mais ils peuvent être affectés par des biais importants ».

Comment réduire les biais décisionnels affectant l’exécution stratégique ?

Selon Olivier Sibony, le risque que les biais cognitifs se traduisent par des décisions inadaptées à la stratégie est minimisé si les processus de décision d'une entreprise sont identifiés et conçus de manière consciente. « Les routines de décision ne sont pas gravées dans le marbre. Les entreprises peuvent et doivent les concevoir pour minimiser les biais et produire les résultats escomptés », explique-t-il. 

3 processus décisionnels à redéfinir : investissements, allocation de ressources et innovation 

Olivier Sibony et ses co-chercheurs identifient trois types de décisions qui sont sensibles aux biais décisionnels si les processus par lesquelles elles sont prises ne sont pas pensés spécifiquement pour les éviter : 

1. Investissements : Les biais optimistes conduisent généralement à prendre des risques trop grands lors des décisions d’investissement importantes, tandis que l’aversion aux pertes conduit paradoxalement à prendre trop peu de risques quand les enjeux sont moins importants. Un processus d'investissements efficacement défini répond à ces deux biais contradictoires et se traduit par plus ou moins de conservatisme, selon les cas de figure. 

2. L'allocation de ressources : La tendance naturelle est de reconduire d'une année sur l'autre la répartition des ressources, qu’ils s’agisse de budgets ou de personnel. Cette méthode conduit généralement à affecter trop de ressources aux activités en déclin. Plutôt que d'apporter des ajustements marginaux aux allocations existantes, les processus devraient souvent favoriser une allocation de ressources plus « agile », tournée vers l’avenir. 

3. Pensée créative : Pour innover dans leurs stratégies ou dans leurs offres de produits, les entreprises doivent encourager la créativité, mais toutes n'aspirent cependant pas à innover de façon radicale. Selon le degré d’innovation recherché, les processus doivent être différents. 


3 types of strategic decision processes - Sibony - HEC Paris

Les 7 leviers de conception des processus

Olivier Sibony et ses co-chercheurs mettent en évidence sept leviers sur lesquels les dirigeants peuvent jouer pour optimiser les processus de décision : le formalisme, la stratification, l'information, la participation, les motivations, le débat, et la clôture. « Les sept leviers peuvent être tous utilisés pour affiner un processus de décision et permettre à l'entreprise d'atteindre le niveau souhaité en termes de prise de risque, d'agilité et d'innovation ».


7 levers to designing strategic decision processes - Olivier Sibony - HEC Paris

Basé sur un entretien avec Olivier Sibony, à propos de son article « Stratégie comportementale et l'architecture des décisions stratégiques de l'entreprise » ("Behavioural Strategy and the strategic decision architecture of the firm", California Management Review, 2017), co-écrit avec Dan Lovallo et Thomas C. Powell. 

Pour en savoir plus sur ce que la stratégie comportementale peut apporter en matière de prise de décision stratégique et de définition de processus décisionnels, consultez l'article complet ici.


Découvrez le dernier livre d'Olivier Sibony et ses collègues Bernard Garrette (HEC Paris) et Corey Phelps (Université McGill) sur la résolution de problèmes : Cracked It! How to Solve Big Problems and Sell Solutions like Top Strategy Consultants.