Actualités

Décollage réussi pour l’HEC Entrepreneur Fest à Station F

7 décembre 2017

Environ 600 personnes se sont rassemblées à Station F, à Paris, le 21 novembre pour le tout premier HEC Entrepreneur Fest , une initiative conjointe des trois centres d’HEC : Society and Organizations (SnO), le Centre Digital et le Centre de l'Entrepreneuriat. Ce mardi soir était consacré à la responsabilité sociale, à l'innovation et à l'esprit d'entreprise promus par l'école de commerce parisienne. « Notre rôle est de faciliter les échanges, de catalyser les initiatives » , insiste Etienne Krieger, directeur scientifique du Centre de l’Entrepreneuriat, « et Station F nous permet de changer de dimension, en offrant à nos étudiants une plate-forme incroyable. Ce festival consacre notre présence dans le secteur des start-up. Nous voulons maintenant avoir un impact global.  »

HEC Entrepreneur Fest - 21 nov. 17 - Master Stage

Actif depuis cinq mois seulement, le plus grand campus de start-up au monde a déjà attiré l’attention du monde des entrepreneurs. L'article à la une du New York Times  le 23 juin dernier évoquait le dépôt de trains fraîchement rénové comme un symbole de la volonté de la France de « devenir la capitale européenne des start-up ». Pour Wired, Station F, grâce au « soutien public du président Macron », pourrait bientôt devenir un hub mondial majeur : « les start-up auront toujours Paris  ». Le Financial Times  affirme quant à lui que le campus « symbolise l'ampleur des ambitions de la France en matière de start-up  ». Le British Daily  enregistre « une dynamique croissante  » qui ferait de la France « un pays de licornes  » avec un investissement record de 2,2 milliards d'euros en 2016, une augmentation de 13% par rapport à 2015. « Ce bâtiment est en train de devenir un microcosme de ce qui se passe en France  », conclut-il.

Au deuxième étage de cette ruche est perché l’incubateur HEC : 73 start-up pour 180 espaces de travail, nichés dans 700 m² d'open space , de salles de réunion, de cabines isolées, de fauteuils poires, de machines à café... et même de tables de baby-foot. Pour valoriser les pas de géant faits par l’incubateur depuis son ouverture en juillet, l'école a créé un festival mettant en scène une compétition de pitches , un village de start-up et des échanges prolongés entre les principaux donateurs d'HEC. « Cela a été un moment exceptionnel pour que les gens prennent conscience de la fluidité de ce lieu, et réalisent à quel point il encourage la créativité et la création de réseaux  », a commenté un des conseillers juridiques qui a aidé les créateurs de start-up à éviter les pièges de départ.

Mesurer et améliorer l'impact social dans les affaires

Chacun des trois centres d'HEC présentait un trio de start-up actuellement incubées à Station F depuis l'ouverture en juillet. « Nos étudiants se nourrissent d'une tradition initiée à HEC dès le départ par Pierre Bellon  », a déclaré le doyen Peter Todd en félicitant les trois lauréats du concours. Le fondateur de Sodexo était présent pour témoigner de la qualité des jeunes entrepreneurs HEC. « L’une de nos réalisations  », poursuit Peter Todd, « a été de s'assurer que nos élèves continuent à venir à l'école une fois qu'ils auront lancé leur entreprise !  »

Pour le directeur académique du Centre SnO, Rodolphe Durand, l'événement a été une occasion privilégiée pour partager la vision de son centre en faveur d'un « capitalisme plus social  », incarné par le programme Movement for Social * Business Impact  de l'école. SnO a présenté un trio de jeunes entrepreneurs qui effectuent un travail de pionnier dans les domaines de l'éducation, de l'emploi et du logement. « Il est essentiel pour les écoles de commerce comme la nôtre de mesurer et d'améliorer l'impact social du monde des affaires  », a poursuivi Rodolphe Durand en faisant le tour du village de start-up qui rassemblait plus de 40 entreprises naissantes. « Nos chercheurs et nos étudiants s'attaquent aux besoins urgents pour améliorer l'accès aux services essentiels. Ils font la promotion d'une économie inclusive, de la réduction de la pauvreté, de la protection de l'environnement et des défis liés à la diversité et au réchauffement de la planète. »

Le gagnant de cette catégorie, Neyb's, cristallise l'esprit que Rodolphe Durand espère insuffler dans le monde des affaires. Sa fondatrice, Hafida Guebli, est sortie du programme « Stand Up » d'HEC, destiné à accompagner des jeunes femmes issues de milieux modestes dans leur démarche de création d'entreprise. Elle a été ravie de recevoir un prix : « je sais que j'ai un passé inhabituel, mais cela me rend d'autant plus fière  », s’est-elle enthousiasmée. « Je tiens à féliciter HEC pour son ouverture d'esprit qui permet d’accepter notre singularité, ce qui stimule les entrepreneurs de tous horizons. Malheureusement, tout le monde ne partage pas cet esprit.  »

 « Neyb’s, » a-t-elle poursuivi, « a créé un langage universel pour les locataires et les propriétaires afin de communiquer leurs besoins et leurs problèmes. 7% de la population française est analphabète, la solution par pictogramme de notre application leur fournit le seul moyen de communiquer sur leurs réalités au quotidien. C'est une solution que nous aimerions offrir aux 75 millions d'Européens confrontés aux mêmes défis. »

Briser les silos commerciaux et industriels

Julien Lévy, directeur du Centre Digital d’HEC, est convaincu que des occasions de ce type sont idéales pour mettre en valeur les talents de l'incubateur : « Cela montre notre force en matière d'innovation et d’entrepreneuriat » , dit-il devant l'un des 40 stands du village de start-ups construit pour l'occasion au rez-de-chaussée de l'ancien dépôt de fret ferroviaire. « Ces compétitions de pitching sont des expériences d'apprentissage pour nos jeunes diplômés, et elles reflètent à quel point leurs années à HEC les ont préparées pour ce saut dans le monde des start-up.  » La start-up que son centre a nourrie, Skello, a remporté le vote public dans sa catégorie grâce aux innovations qu'elle apporte au monde de la restauration. « Nous économisons en moyenne 30 heures de frais de gestion par mois sur les restaurants », explique Emmanuelle Fauchier, sa fondatrice, qui a gracieusement accepté le prix. « Nous espérons étendre notre technologie au marché de détail. »

Pendant ce temps, le troisième lauréat de la soirée, Nicolas Régnier, espère que sa technologie va économiser des millions d'euros dans le monde de la construction. « Notre société, Data Soluce, espère casser les silos dans ce secteur  », a-t-il déclaré à l'auditoire dans le plus grand auditorium de la station F. « Cela coûte aux investisseurs 15% du budget total, principalement parce que les architectes, les ingénieurs, les ouvriers du bâtiment, etc., ne communiquent pas entre eux  », a insisté l'ancien ingénieur de Bouygues.

HEC Entrepreneur Fest - 21 nov. 17 - E. Peyrache

Pour Eloïc Peyrache, Directeur délégué des programmes Grande Ecole, le tremplin fourni aux neuf finalistes de la compétition de pitchs est arrivé au moment idéal : « Ces jeunes entrepreneurs ont mûri dans notre incubateur  », a-t-il rappelé aux 400 personnes présentes. « C’est pour eux un moment crucial pour évoluer, passer à une autre dimension afin de créer une niche dans un marché hautement concurrentiel.  » L'écosystème de feeders  et de groupes de soutien fourni par Station F permet aux accélérateurs et incubateurs de l’incubateur HEC de progresser vers des lancements réussis.

Pour tous ceux qui ont participé à cette première édition de l'Entrepreneur Fest, 2018 paraît prometteuse.



Retour à la liste d'actualités

JavaScriptSettings