Actualités

Interview avec Valérie Gauthier: Le savoir-relier, vers un leadership intuitif et relationnel

4 septembre 2014

Dans son dernier ouvrage Le savoir-relier : vers un leadership intuitif et relationnel, Ed. Eyrolles , Valérie Gauthier, Professeur à HEC Paris et titulaire de la chaire Leadership HEC-Pernod Ricard,  décrit comment passer d’un leadership vertical, fondé sur l’autorité à un leadership ouvert où les relations de qualité, le respect et la recherche d’une dynamique commune changent en profondeur les modes de management.

Valérie Gauthier - savoir relier

Pouvez-vous nous expliquer le concept de savoir-relier  que vous développez depuis plusieurs années? Dans quels domaines s’applique-t-il ?

Le mot savoir  désigne la connaissance mais aussi, par extension, le savoir-faire, le savoir-être. Relier  renvoie à la capacité de connecter, de créer ou découvrir des rapports, de tisser des liens et, par extension, de compter sur les autres et sur soi-même. Le savoir-relier , c’est l’art de relier les hommes entre eux,  de se connecter, d’entretenir des relations de qualité, mais aussi de relier les idées, les différences d’où qu’elles viennent pour créer du sens et faire avancer le monde.

Ainsi, il aide à mieux communiquer en passant par une écoute positive, sensible et active pour appréhender notre environnement et comprendre les gens avec qui l’on travaille pour qui ils sont avec leurs idées propres et sans jugement.

Le savoir-relier  s’applique à toutes les disciplines où les relations humaines sont importantes. C’est une aptitude, un état d’esprit mais aussi un processus. C’est une méthode de management qui permet de mieux gérer une équipe, de faciliter les relations entre les gens malgré leurs différences et leurs points de divergences.

Le savoir-relier  permet ainsi de créer du sens en étant plus attentif et vigilant envers l’autre et envers soi-même.

Avez-vous  des exemples de compagnies ou dirigeants qui ont su développer cette méthode dans leur stratégie ?

Pernod-Ricard a été le premier adepte du savoir-relier . Les dirigeants de Pernod-Ricard se sont tout de suite reconnus dans cette méthode de management et ont voulu que je travaille avec eux sur cette présence du savoir-relier dans l’entreprise. C’est ainsi que nous avons développé la Chaire HEC Paris-Pernod-Ricard en créant notamment le certificat Leadership. Pernod-Ricard est un bel exemple car, se développant beaucoup à l’international et ayant connu une forte croissance externe par fusions-acquisitions, le groupe a été extraordinaire dans sa capacité à fédérer, et établir des connections interpersonnelles riches et diverses.

L’Oréal, en la personne de Jean-Paul Agon, a également soutenu le livre et l’état d’esprit incarné par le savoir-relier appréciant la dimension génératrice de véritable identité collective que permet l’approche.

Sanofi, General Electric sont aussi de beaux exemples. Dans mon livre, je cite Clara Gaymard, directrice générale de GE France et vice-présidente de GE International qui, tant au plan personnel que professionnel, a su développer d’incroyables aptitudes du savoir-relier. D’autres exemples viennent nourrir le livre et proposent des perspectives nouvelles.

Pouvez-vous nous dresser le portrait type d’un leader appliquant le savoir-relier ?

Les 3 piliers du savoir-relier sont l’authenticité, la générosité et la capacité à générer (en anglais, langue dans laquelle j’ai écrit le livre, je parle des 3G : « genuine, generous, generative »). Ce sont des ingrédients essentiels pour construire des relations fortes et positives entre les personnes et les choses. Pour être authentique et vrai, il faut commencer par être soi-même en étant transparent et sincère. Cela demande un travail sur soi et suppose un mélange de confiance en soi et d’humilité.

La générosité quant à elle implique la confiance et l’attention aux autres. Elle montre la capacité à s’engager avec enthousiasme et énergie, à donner le meilleur de soi-même. Une attitude généreuse permet de créer un climat d’ouverture, de bienveillance et de tolérance, de façon à ce que les personnes de culture différentes puissent travailler ensemble. C’est un moyen de fédérer.

Ainsi, l’authenticité vraie et la générosité créent les conditions d’un leadership générateur, c’est-à-dire encourageant l’action, la créativité, l’innovation et un fort sens de la mission partagée.

Avec le savoir-relier , le dirigeant, le manager ou l’individu concerné acquiert la confiance en soi nécessaire pour prendre de bonnes décisions qui s’appuient sur les opinions et idées des autres, mêmes si elles sont contradictoires. Mis en pratique avec courage, empathie, humilité et résilience, le savoir-relier  stimule les initiatives créatives. Il crée du sens qui inspire action et résultats.

Le savoir-relier   que l’on peut également appeler « intelligence relationnelle » peut être de l’ordre de l’intuitif pour certains dirigeants. Comment peut-on développer cette aptitude lorsqu’elle n’est pas innée ?

Même si le savoir-relier  peut s’avérer plus intuitif chez certaines personnes qui sont plus attentives à l’écoute de leurs sens, il demande une pratique et une détermination constante car il oblige à se servir de son intuition. Ce qui est difficile à faire car c’est moins rassurant que de faire appel à une pensée analytique.

Certains pensent qu’il faut se méfier de son intuition car elle n’est pas de l’ordre du rationnel mais l’intuition, c’est aussi le résultat de l’expérience. Elle s’appuie sur le sensible, qui précède les émotions.

Le savoir-relier  propose une nouvelle façon d’aborder les processus décisionnels en considérant les données sensorielles comme une source essentielle d’informations, le complément naturel de nos capacités rationnelles et intellectuelles.

La vocation de mon livre est de proposer des pistes pour développer une meilleure confiance en soi et en ses sens. En maîtrisant nos sens, en acceptant de nous laisser guider par ce qu’ils nous disent, nous surmonterons plus facilement les tensions et les contradictions qui nous entourent, et cela nous permettra d’agir plus efficacement et de construire une organisation à la fois plus sensible et plus sensée.

Le savoir-relier   s’apprend en développant des techniques. Mon ami Warren BENNIS, célèbre auteur américain sur le leadership, qui préface le livre et à qui je voudrais rendre hommage,  disait « on ne nait pas leader, on le devient ». Il vous dirait également que le savoir-relier  est une caractéristique distinctive des meilleurs managers.

La semaine dernière vous avez participé à une table ronde intitulée ‘Des sourires et des Hommes’ à l’Université d’été du Medef (voir video). Qu’avez-vous dis à tous ces dirigeants d’entreprises ?

Le sourire est l’expression d’une force pour un leader charismatique. Le sourire montre son énergie et permet de voir s’il est capable d’entraîner, de fédérer. La façon dont on sourit, dont on regarde les gens et les écoute, la façon dont nous réagissons physiquement et émotionnellement dans les moments difficiles, sont une source importante de confiance dans une entreprise.

Le respect des différences, cela concerne tout le monde. C’est un travail commun, où la solidarité est nécessaire et où le consensus est important.

Le savoir-relier  peut aider les dirigeants à construire du nouveau, un nouveau susceptible de générer de la valeur et du sens à long terme, en passant par un modèle plus collaboratif. Le savoir-relier  met les relations et la diversité humaine au service de l’innovation et de la performance collective.

Un des travers de nos sociétés et de nos entreprises, et qui contribue aussi à la faillite du leadership en politique, c’est qu’on est dans le jugement, dans la critique, la défiance. Quand on juge, on n’est pas dans le respect. Avec le savoir-relier, je prône pour plus de discernement, pour une plus grande ouverture et un plus grand respect. Apprenons à nous faire confiance en apprenant le savoir-relier!

****

1ere de couv - livre savoir-relier

Le savoir-relier : vers un leadership intuitif et relationnel, Eyrolles, 2014.

Valérie Gauthier est diplômée en Psychologie (Licence, Université Paris V), en Lettres (Master of Arts, University of Oklahoma et Doctorat en Littérature Comparée, Sorbonne) et en Management (Stanford Executive Program (EPSO). Son expertise dans ces différents domaines (psychologie, linguistique, traduction, leadership et communication) lui a permis de bâtir des concepts et des programmes autour du leadership relationnel et de son approche, le savoir-relier


Retour à la liste d'actualités