Actualités

Le travail de recherche du doctorant en management, "une démarche entrepreneuriale"

8 avril 2014

Un mois avant la soutenance de sa thèse en finance, Boris Vallée, diplômé de la Grande école, étudiant au sein du Doctorat d'HEC Paris, a été désigné meilleur diplômé en finance de l'année 2014. Ce prix décerné par la Business school de Copenhague - remporté en 2013 par un autre étudiant d’HEC Paris, Jean-Noël Barrot – récompense les jeunes chercheurs dont les travaux sont les plus prometteurs en terme d'impact dans le secteur de la finance et dans le domaine académique. Boris Vallée a décroché un poste de professeur assistant au sein du département finance de la Harvard Business School. Il nous parle dans cette interview de son expérience à HEC Paris et de son travail de thèse.

Le travail de recherche du doctorant en management, "une démarche entrepreneuriale", Boris Valle - HEC Paris 2014

Pourquoi un doctorat en management ? Quels atouts présente le doctorat d'HEC ?

A l'issue de mon cursus Grande Ecole HEC (Master in Management), j'ai choisi la banque d'affaires pour débuter ma carrière. Ce choix est très classique pour les diplômés de la majeure finance, et correspondait également à mon goût prononcé pour la finance. J'ai travaillé trois ans chez Deutsche Bank à Londres, jusqu'à ma promotion au rang d'Associate. Cependant cette voie ne m'apportait pas la stimulation intellectuelle et la finalité sociale qui sont rapidement apparues nécessaires à mon accomplissement personnel.
La question du doctorat s'est posée lorsque j'ai décidé de quitter la banque d'affaires pour me tourner vers le monde académique. Il faut savoir qu'au sein du monde anglo-saxon, le doctorat (PhD) est le diplôme le plus prestigieux, ce qui n'est pas forcément le cas en France. Le PhD est désormais un standard dans l'enseignement du management, puisque les membres du corps professoral sont au moins autant des chercheurs que des professeurs. Sur les conseils d'Ulrich Hege, qui était responsable de la majeure finance à mon époque, j'ai donc postulé au doctorat d'HEC.

Du fait de sa sélectivité, de la nature quantitative de son curriculum et de son prestige, le doctorat est un excellent tremplin pour accéder à de nombreux postes: grands organismes internationaux, hedge funds, cabinets de conseils... Mais sa finalité première reste l'accès au monde académique international.

Le doctorat HEC est à mon avis très bien positionné pour offrir le meilleur des deux mondes entre le système anglo-saxon, très exigeant et concurrentiel, et les grandes écoles à la française, qui offrent qualité et disponibilité de l'encadrement.
Dans le cadre du cursus doctoral d’HEC, il est possible de réaliser un ou plusieurs échanges dans des universités étrangères. Pour ma part, j'ai passé six mois à Northwestern University à Chicago, et deux mois à Duke University en Caroline du Nord. Tout en complétant mon apprentissage au sein du doctorat d'HEC, ces expériences m'ont préparé aux codes du marché du travail anglo-saxon.

A quoi ressemble la vie d'un doctorant à HEC ?

La semaine du doctorant se partage entre la recherche, le séminaire hebdomadaire (où un professeur d'une autre université vient présenter ses recherches actuelles), et s'il le souhaite, l'enseignement.
Pour ma part j'ai enseigné pendant trois ans le cours de Financial Market dans le programme de la Grande Ecole, ce qui a été à la fois une source de grande satisfaction, notamment car j' étais moi-même assis sur ces bancs il y a quelques années, et une excellente préparation à la dimension communication de la profession académique. Enfin, j'ai eu quelques remarques sur mon accent anglais!

A cela s'ajoutent les conférences pour présenter ses travaux, qui sont un aspect très agréable de la profession, car elles permettent de rencontrer des professeurs du monde entier et de voyager vers des destinations attrayantes. Pour n’en citer que quelques-unes , j'ai récemment présenté mes travaux à Las Vegas, Tel Aviv, Copenhague ou encore Sydney.

Pendant ses travaux de recherche, le doctorant interagit très régulièrement avec le corps professoral, afin de bénéficier de son expérience et de ses conseils. Typiquement, un doctorant échange au minimum avec quatre ou cinq professeurs au sein de son département.
La possibilité de réaliser un article de recherche en co-écriture, soit avec un professeur, soit avec un autre doctorant nous est offerte très tôt. Cette pratique courante dans la profession est à la fois efficace et agréable car elle génère un échange permanent, ainsi qu'une solidarité lorsque le projet rencontre des difficultés. La co-écriture offre le plaisir du travail en équipe, qui était un des aspects qui me plaisait beaucoup dans la banque d'affaires.

Quels sont les différentes étapes dans le travail de thèse ? 

Une fois l'année de cours passée, le doctorant doit se concentrer sur la constitution de son agenda de recherche. La démarche est alors assez entrepreneuriale. Il est primordial de générer des idées de recherche originales, ce qui peut se faire soit en étudiant des phénomènes dans ses secteurs d'intérêts, soit en explorant la littérature académique pour identifier des manques. Dans tous les cas, il est très important de poser une question de recherche claire dont la portée est importante.
En tant qu'empiriste, l'étape suivante est l'obtention de données pertinentes permettant de répondre précisément à la question de recherche posée. En plus des bases de données publiques, il est souvent intéressant de partir "à la chasse" aux données moins connues et donc moins utilisées par les chercheurs.

Une fois ces deux étapes remplies, le doctorant réalise le travail quantitatif à l'aide d'outils statistiques. Il travaille simultanément sur l'écriture en anglais de l'article de recherche, qui est primordiale pour la communication sur les résultats. C'est une des différences avec le système traditionnel français. Un article de recherche en anglais ne dépassera pas 50 pages, bien loin des 500 pages des thèses à la française. La priorité est mise sur la synthèse et la rigueur du raisonnement. Le revers de la médaille est que ces 50 pages sont écrites, puis réécrites de nombreuses fois!

A chacune de ces étapes, les tuteurs conseillent sur l'orientation prise par les travaux, ainsi sur que sur la méthodologie employée. Il s'agit d'un véritable échange qui prend la forme de discussions, d'échanges d'emails et plus ponctuellement de présentations des recherches à l'ensemble du département lors de séminaires internes. Cette interaction est indispensable pour s'assurer que les recherches présentent un intérêt suffisant, et qu'elles sont réalisées selon les standards de qualité de la profession.
Le peer review, qui est le processus de validation des travaux pour publication, arrive en général après le doctorat. C'est désormais mon prochain objectif, une fois que j'aurai rejoint Harvard. Je prévois de soumettre à des journaux académiques mes trois articles de thèse dans le courant de l'année prochaine. Ils seront alors évalués anonymement par des professeurs experts dans mon domaine de recherche. L'acceptation par les meilleures revues académiques, par exemple le Journal of Finance, est l'objectif principal de tout chercheur car beaucoup plus que la quantité, la qualité des publications représente sa carte de visite.

Pouvez-vous nous pitcher votre thèse ?

Ma thèse porte sur l'innovation financière et est intitulée "Three Essays on Financial Innovation". Dans mes trois articles de recherche, j'étudie les raisons et les effets du développement de produits financiers innovants. Mon premier article porte sur les emprunts toxiques émis par les collectivités locales, et comment leur utilisation s'inscrit dans un système d'incitation politique. Mon deuxième article analyse la complexité croissante des produits financiers offerts aux investisseurs particuliers et suggère que cette complexité est utilisée par les banques pour réduire la concurrence. Enfin, sur une note plus positive, mon troisième article étudie en quoi l'adoption d'un type d'obligations innovantes peuvent aider à diminuer le risque systémique des banques.

 

Retour à la liste d'actualités

JavaScriptSettings