Actualités

Volkswagen signe un partenariat avec HEC Paris pour promouvoir l’égalité femmes-hommes

11 juillet 2018

Le 21 juin dernier, le constructeur automobile allemand Volkswagen a apporté sa pierre au développement croissant des relations franco-allemandes au sein d’HEC Paris, en rejoignant la Fondation HEC. Ce partenariat contribuera aux différents programmes de l’école focalisés sur la diversité et le développement durable, et permettra l’attribution de bourses destinées aux femmes et aux étudiants germanophones. La cérémonie de signature s’est tenue en présence de Thomas Edig, membre du comité exécutif de Volkswagen AG Véhicules Utilitaires et administrateur d’HEC Paris, de Bertrand Léonard, président de la Fondation HEC, et de Peter Todd, Directeur Général d’HEC.

Signature VW France

« Jamais deux sans trois »  :  ce vieil adage français pourrait aussi être considéré comme un véritable « triplé » de partenariats, tous obtenus par un seul homme. Thomas Edig est en effet un soutien actif de la Fondation HEC depuis qu’il a rencontré l’ancien Directeur Général d’HEC, Bernard Ramanantsoa, en 2004. La même année, il rejoint l’Advisory Board  international de l’école et, en 12 mois, il persuade ses collègues du conseil d’administration d’Alcatel d’accepter que la société rejoigne la Fondation. En 2013, en tant que membre du Board  du constructeur automobile, Thomas Edig a permis de faire entrer Porsche parmi les entreprises partenaires de la Fondation HEC. « Avec l’accord d’aujourd’hui, cela en fait trois au total », a-t-il souligné avec un sourire, avant de préciser que c’est la capacité d’HEC à former les étudiants en vue d’une société plus durable et plus favorable à la parité qui l’a rendu si fidèle à l’école. « HEC est un partenaire premium pour former les leaders mondiaux de demain, » a-t-il ajouté ensuite, remarquant que Volkswagen devient ainsi la troisième entreprise allemande à rejoindre la Fondation : « ce développement démontre un intérêt croissant des étudiants allemands pour HEC.   Il y a dix ans, ils n’étaient qu’une petite minorité à Jouy-en-Josas. Aujourd’hui, avec plus de 100 étudiants allemands chaque année, ils représentent le deuxième contingent européen après les Français . Ils ont réalisé qu’HEC est parmi les 10 meilleurs au monde dans son domaine, et je suis sûr qu’ils seront de plus en plus nombreux. »

Peter Todd, Directeur Général d’HEC Paris, a souligné la proximité du constructeur de voitures allemand et de l’école de commerce, en termes de valeurs : « le fait que vous aidiez des femmes à entrer dans nos programmes témoigne de notre vision commune autour de la parité dans l’industrie. C’est essentiel pour le développement de notre école et de votre secteur, et il faut que l’on entretienne cette complicité. » Bertrand Léonard, président de la Fondation HEC, a insisté sur l’engagement à long terme de Thomas Edig auprès d’HEC. « C’est un moment très émouvant pour moi, » a-t-il avoué à l’assistance rassemblée au siège de la Fondation à Paris, en se tournant vers Thomas Edig. « Cela nous rappelle ces longues nuits passées à discuter des moyens de renforcer notre communauté. Thomas, vous avez toujours été constant dans votre soutien à nos objectifs communs, et cet accord permet de créer un modèle unique : c’est le premier accord qui appuie la création de bourses spécialement orientées vers un seul objectif, l’égalité femmes-hommes. »

 

Un signal fort en faveur d’une coopération européenne renouvelée

Ce partenariat a été signé dix jours avant que le corps de l’ancienne ministre Simone Veil, survivante de la déportation et figure de la construction européenne, ne soit solennellement transféré au Panthéon. Aujourd’hui, une des plus grandes entreprises allemandes, le Groupe Volkswagen, et HEC Paris s’engagent dans un accord ayant pour but de renforcer encore l’amitié franco-allemande et de valoriser des femmes appelées à devenir de futurs leaders, au travers d’un ambitieux programmes de bourses sur cinq ans.

Une coïncidence sans doute, mais les paroles prononcées ce jour-là par tous ceux qui ont soutenu ce partenariat rappelaient la lutte menée tout au long de sa vie par Simone Veil en faveur des droits des femmes et de la réconciliation européenne. « Pendant des décennies, l’industrie automobile a été synonyme de machisme, » a déclaré Thierry Lespiaucq, président du directoire de Volkswagen Group France. « C’est une des raisons pour lesquelles les diplômés d’HEC évitaient ce secteur dans le passé. La parité est maintenant une de nos priorités pour corriger cette iniquité. C’est plus facile aujourd’hui, parce que le monde a changé. Chez Volkswagen, nous avons effectué une transition : de fournisseurs de matériel, nous sommes devenus des fournisseurs de mobilité. Cela ouvre de grandes possibilités pour des diplômées créatives, rigoureuses et qui ont envie de réussir. »

Des femmes aux commandes de l’industrie automobile

Diplômé d’HEC en 1976, Jean-François Bacos présidait l’Auto-Club de l’école et s’occupait de ses 1.000 adhérents : « j’ai obtenu mon diplôme d’HEC une des premières années où y ont été admises des étudiantes. Il y a eu une sorte de révolution, non seulement en termes d’égalité femmes-hommes, mais aussi en matière d’ouverture de nos horizons. Nous étions à cette époque repliés sur nous-mêmes, tandis qu’aujourd’hui ce type de partenariat aide notre école à s’ouvrir encore davantage, notamment en direction du secteur de l’industrie automobile. »

Pour Thierry Lespiaucq, l’approche d’HEC aidera l’industrie automobile à mieux reconnaître les talents des jeunes femmes afin d’aller vers la parité, qui est l’objectif final. « Aujourd’hui, » confie-t-il, « les femmes sont limitées à des emplois en communication, en ressources humaines, en marketing ou en design. Chez Volkswagen, nous sommes convaincus qu’elles devront être présentes partout à l’avenir. Les femmes joueront un rôle essentiel dans l’industrie automobile, face aux changements auxquels nous assistons, et qui surviennent à une vitesse folle. Les voitures sont en train de devenir un luxe dans nos villes, et nous sommes au cœur des alternatives de co-voiturage. Et il y a aussi une révolution en cours pour ce qui concerne la voiture autonome. Nous pensons que les femmes qu’HEC est en train de former, et qui seront de futurs leaders, nous aideront dans tous ces domaines. »






Retour à la liste d'actualités

JavaScriptSettings